Zlabia.com Le Rendez-vous des Juifs d'Algerie





Nos proverbes

Envoyé par Yihoudiyadziriya 
Nos proverbes
27 mai 2011, 18:25
Bonjour,Salam, Shalom!
Je vous invite à poster vos meilleurs proverbes, algériens, judeo-arabes,berbères, arabes et juifs, en indiquant autant que faire se peut son origine.
J'ouvre donc ce forum en vous proposant un proverbe algérien (désolée si la transcription est inexacte, merci de la corriger):
"lazim tba3 al kedhab hetta bab dar"
Il faut suivre le menteur jusquà sa porte!

Je vous soumets également un proverbe judeo-arabe connu des Juifs Marocains et Algériens:
Tehbel outehbahh!
"Fais le fou et tu gagnes"
Re: Nos proverbes
29 mai 2011, 20:34
La bab la mephtah....Ni porte ni clé.

celui qui a tout perdu, et dont il ne reste même pas un mouchoir pour pleurer. Ni entrée ni sortie. Ni tête ni queue. Il vit dans la rue.

Koul ouhad ou mzalou ( saadou ) A chacun sa chance.

'La yihtek saha. Que D-eu te donne la santé (le bonheur)

'La yikta3 Ismek: Que D-eu coupe ton poison, (ou venin)
....qui sort de ta bouche

'La m'3aq...Que D-eu soit avec toi

'La yihaleq.. Que D-eu te garde.


3= Aïn, guttural
Re: Nos proverbes
29 mai 2011, 22:27
Bonsoir,
koul ouahed ou mzalou, on retrouve ici le mzal ou mezzal que j'avais évoqué auparavant, chance, heureux destin, sâad...
Quant à "La yikta3 Ismek", je traduirais plutôt par " que même ton nom disparaisse". Cela paraît cruel dans la bouche d'une mère, mais l'éducation de notre temps allait de pair avec la rigueur de l'époque et les "d'âwi" (imprécations) étaient juste destinées à nous montrer que nos mamans n'étaient pas très contentes et aucun de nous n'a jamais pensé qu'elles nous souhaitaient jusqu'à la disparition de notre descendance.
Pour les souvenirs que nous avons en commun, je suis d'accord pour dire que cette époque de co-habitation quasi-fraternelle est le principal motif de nos retrouvailles ici. Beaucoup parmi les intervenants ont l'âge de nos enfants et ce qu'ils veulent retrouver c'est bien plutôt l'ambiance d'alors.
Ibrahim-Sid'Ali.
Re: Nos proverbes
30 mai 2011, 20:43
Encore quelques autres :
1- ki el djadj, t'oueklou 'âam ma i'âachikch lila (comme les poulets, tu les nourris l'année durant et ils ne te font pas un bon dîner), en parlant, bien sûr des ingrats.

2- eddouam yetqob errkham ( la persévérance a raison du marbre, finit par le trouer) et je pense au goutte-à-goutte qui fait, au fil du temps, un joli trou dans une roche aussi dure.

3- qedd ma tekber el-'aïn el hadjeb fouk menha (quoique que grandisse l'oeil, le sourcil est toujours au-dessus), proverbe que l'on ressort lorsque nos enfants ou nos cadets veulent nous apprendre des choses sur la vie.
Ibrahim
Re: Nos proverbes
01 juin 2011, 13:53
Salam, shalom, salut!
Je vous soumets ce proverbe (connu des gens du Sahara) que ma grand-mère m'a donnée par téléphone (aussi je pense qu'il y a nécessité de corriger ma retranscription un peu hasardeuse):
Mal saâdi edda3 ri7 indji da3do oute7 ce qui pourrait se traduire ainsi "pourquoi mon destin (ou bonheur) est-il emporté par le vent, j'ai beau le retenir mais voila qu'il tombe" Ce soupir semble être celui des malchanceux, des personnes qui ne sont pas forcément dotées d'un bon "mazal".
Il y a également ce proverbe : elli fat mat! le passé c'est le passé!
Au plaisir de vous lire!
Re: Nos proverbes
01 juin 2011, 17:39
Ibrahim ya Khoya, merci pour la correction et les autres proverbes.
Continue, stp
Ce qui nous unit depuis des millénaires en Algérie ne pourra s'effacer quoiqu'il en soit.
Stp: Quel Arabe littéraire est enseigné de nos jours en Algérie dans les écoles. Est-il similaire à l'Arabe Egyptien, ou bien Saoudi,ou Syrien/Libanais, ou autre?
Car j'entends beaucoup de différence entre ces langues. Est-ce que l'Algérien éduqué les comprend toutes, et peut les converser?
Merci d'avance.

Yihoudiyadziriya: Vous avez gardé des trésors de votre grand mère.
Merci de les partager.

Il y des gens qui croient que l'accumulation de biens matériels est un bien en soi et peut apporter beaucoup de plaisir terrestres...
Alors que tout est réduit en poussière..
Nous préférons l'Or de la pensée, le diamant du mot écrit, l'Amour du prochain, et la Liberté des peuples, ainsi transmis et engravés dans nos traditions, et semés d'un pays à l'autre...
Re: Nos proverbes
01 juin 2011, 17:52
Bonsoir,
je trouve ce proverbe, que je ne connaissais pas, très beau et sage.
"Mal sâadi eddah errih, endji tahtou tah": mon "heureux" destin s'envole (me fuit, emporté par le vent), je me mets en-dessous (pour qu'il redescende sur moi) et il tombe à terre.
Une belle façon de dire qu'on ne court pas après la chance si elle ne nous est pas donnée. On y aspire tous, mais si elle ne nous est pas destinée et qu'on s'entête, alors "elle tombe". Ce qui se retrouve dans "ityeh sâadek, ou mezzalek", car une fois à terre il n'est pas dit qu'elle se relève. Une façon de rappeler le fatalisme et la soumission dans lesquels nous avons été éduqués (se rappeler Job).
-Djm'îi men tar enzel (quiconque a volé dans les airs doit retrouver la terre). Sur l'arrogance, la révolte contre le sort etc.
Ibrahim-Sid'Ali
Re: Nos proverbes
01 juin 2011, 18:03
Salam,Shalom, Salut!
Continuez biens chers Ibrahim et Abraham, quant aux autres zlabistes,venez nous rejoindre, car au-delà du patrimoine judeo-arabe, c'est bien de NOTRE patrimoine culturel algérien dont il est question!
A vos calames, pardon à vos mémoires et à vos claviers!
Je prépare le thé à la menthe et les makrouds!
Tiens en parlant de ce breuvage si prisé et si convivial, pouvez-vous m'aider à retrouver en arabe le proverbe suivant:
"Un thé sans menthe c'est comme un sultan sans royaume"?
Puisqu'on est dans le domaine culinaire, je vous soumets ce proverbe trouvé sur le net (qui serait algérien , je dois dire qu'il contient une sacrée dose de rdjallaconfused smiley): "Un plat sans oignon c'est comme une femme sans raison"(merci de me confirmer et de le traduire si possible) !Sans rancuneangry smiley
Re: Nos proverbes
01 juin 2011, 19:48
Quote
ibrahim
Bonsoir,
je trouve ce proverbe, que je ne connaissais pas, très beau et sage.
"Mal sâadi eddah errih, endji tahtou tah": mon "heureux" destin s'envole (me fuit, emporté par le vent), je me mets en-dessous (pour qu'il redescende sur moi) et il tombe à terre.
Une belle façon de dire qu'on ne court pas après la chance si elle ne nous est pas donnée. On y aspire tous, mais si elle ne nous est pas destinée et qu'on s'entête, alors "elle tombe". Ce qui se retrouve dans "ityeh sâadek, ou mezzalek", car une fois à terre il n'est pas dit qu'elle se relève. Une façon de rappeler le fatalisme et la soumission dans lesquels nous avons été éduqués (se rappeler Job).
-Djm'îi men tar enzel (quiconque a volé dans les airs doit retrouver la terre). Sur l'arrogance, la révolte contre le sort etc.
Ibrahim-Sid'Ali
Bonsoir Bien Cher Ibrahim,
Merci de cette nouvelle maxime, que j'aurait appliqué sans votre précieux éclairage aux rêveurs!
Merci aussi de bien avoir corrigé ce proverbe (originaire du Sahara, aussi bien de la Saoura que de la vallée de Drâa). Lah yaâtek sahha ya seddiki!
J'ai communiqué à Nenna laâziza âliya vos proverbes, elle connaissait les n°1 et 2. Elle a été ravie de découvrir votre n°3,qu'elle a trouvé bien joli (Je lui fais confiance pour le ressortir si elle veut avoir le dernier mot avec ses enfants en suscitant la surprisegrinning smiley)A cet égard, elle me demandais si c'était un proverbe algérois ou algérien?
Bien à vous!
A bientôt, mes Amis!
Re: Nos proverbes
01 juin 2011, 20:40
Bonsoir Abraham, bonsoir tout le monde,
je m'enrichis autant que tout le monde ici en rappelant NOS proverbes ou citations.Quant à dire quel arabe est enseigné aujourd'hui en Algérie, il n'y en a qu'un : l'arabe ancien, commun à tous les pays arabes. Les langues parlées, elles, diffèrent quelque peu de l'une à l'autre, et ça va, selon les distances, jusqu'à faire répéter 2 ou 3 fois son vis-à-vis pour le comprendre. En imaginant que tout le monde arabe parle ou comprend l'arabe ancien, il n'y a aucune difficulté à échanger en se référant justement à cette base commune. Il n'y a aucun problème de communication entre arabes losqu'ils parlent la langue enseignée à l'école. Et à titre personnel, j'ai eu mes premiers cours d'arabe après l'indépendance, cette langue étant interdite d'enseignement sous l'occupation française, à l'exception de l'école coranique où l'enseignement était strictement religieux, sans apprentissage de la grammaire ni de la conjugaison et encore moins de vocabulaire et références modernes à la littérature, la philosophie, la science économique etc.
Ibrahim.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter





ZLABIA

Copyright 2000-2020 - ZLABIA.COM