Zlabia.com Le Rendez-vous des Juifs d'Algerie





8 NOVEMBRE 1942. OPERATION TORCHE

Envoyé par Abraham2210 
Re: 8 NOVEMBRE 1942. OPERATION TORCHE
03 mars 2014, 05:48
J'ai été étonnée d'apprendre que Jean Daniel avait fait partie du 8 novembre 1942. Est-ce bien le journaliste du Nouvel'Obs ? Je ne l'ai jamais lu ou entendu en parler. Comme mon père, homme de gauche comme la majorité des Juifs algériens, Je l'ai pourtant lu avec attention. Et continué à le lire toutes les années de guerre en Algérie, pensant qu'il fallait arrêter ces massacres de populations aussi bien arabe que française.
Maintenant, je vois avec consternation ce que les Algériens en ont fait de leur chance, et de ce si beau pays quitté par nous tous le coeur brisé après y avoir vécu des siècles...
Re: 8 NOVEMBRE 1942. OPERATION TORCHE
04 mars 2014, 05:35
Oui dommage et bien dommage, mais on est pour rien nous la generation d'apres independance.
Re: 8 NOVEMBRE 1942. OPERATION TORCHE
04 mars 2014, 18:31
Voilà plus d'informations sur "opération torch"

[www.judaicalgeria.com]


Cliquez aussi à gauche, et vous verrez d'autres détails.
Re: 8 NOVEMBRE 1942. OPERATION TORCHE
12 mai 2014, 10:52
Appel a temoignages
Nous allons rendre Hommages a tous ces resistants dans un devoir de memoire qui ont participe a la neutralisation de tout l Etat Major petainiste pour aider les allies a prendre pieds en AFN le 8 novembre 1942.
Si vous etes parents ouamis de tous ces resistants dont certains ont ete emprisonnes et menaces d etre fusilles par les petainistes alors prenez contact avec moi.... gozlanlucien@gmail.com

LES OUBLIES DU 8 NOVEMNBRE 1942 a ALGER.
Les Lois petainistes sont contraignantes pour la communaute juive dans toute l Algerie. Le gouvernement de Vichy a decrete d abroger le DECRET CREMIEUX d Octobre 1870 qui faisait de l ensemble des juifs de l Algerie des citoyens francais de droits et de devoirs. 70 annes plus tard, en octobre 1940, ils perdent cette Nationalite Francaise. Ils deviennent des JUIFS INDIGENES sous la juridiction de l ETAT FRANCAIS. On place sur leur carte d Identite Francaise un tampon rouge qui porte la mention.. "JUIF"
Les Francais disent que La FRANCE a declare la guerre a l ALLEMAGNE....A CAUSE des JUIFS...!!!.. et c est en juin 1940 que les Francais declarent a nouveau avoir perdu la guerre ..A CAUSE des JUIFS..!!!
La communaute juive d Algerie ressent un etrange pressentiment de faiblesse et de grands dangers. Ils ont des echos incomprehensibles et tellement irreels que l Allemagne nazie fait subir a toutes les communautes juives europeennes. Pour eux, c est l ANTISEMITISME, la bete immonde qui refait surface dans le continent europeen et qui peut s etendre maintenant sur le continent africain.
Avec les conditions d armistice signees avec l Allemagne vainqueur, L ETAT FRANCAIS rentre dans la COLLABORATION.
Seul le General de GAULLE lance un appel le 18 Juin 1940 a la radio de Londres.." La FRANCE A PERDU UNE BATAILLE,...ELLE N A PAS PERDU LA GUERRE."
C est un veritable APPEL a la RESISTANCE et contre l ALLEMAGNE NAZIE et contre la COLLABORATION de l ETAT FRANCAIS qui s annonce Antisemite avec SES Lois Raciales.
A Alger et egalement a ORAN, on a aussi entendu l Appel du 18 Juin 1940 mais l Algerie, ce n est pas comme en France, et les distances sont beaucoup plus importantes et toutes les frontieres avec l exteieur sont fermees.
On note quelques tentatives infructueuses, les personnes sont recuperees et envoyees au fin fond du territoire algerien, d apres des temoignages, elles n auraient pas survecu a leurs deportations.
C est en novembre 1940 que 4 personnes a Alger, monsieur Andre TEMIME, Emile ATLAN, Charles BOUCHARA et ensuite Jean GOZLAN decident de rassembler une jeunesse juive pour les preparer a se defendre en cas de violences ou de persecutions contre la communaute juive. Les petainistes n aiment pas les juifs et les juifs n aiment pas les petainistes.
Les Juifs sont installes dans le quartier de la basse casbah, c est un guetto coince entre le centre ville europeen et le quartier populaire de bab el oued ou cohabitent des ethnies differentes dont de nombreuses familles juives. Les fondateurs choisissent un lieu de rencontre, ils creent une salle de gynastique a la rue Juba, ou pourront s entrainer des jeunes des quartiers avoisinants, seuls les juifs sont recrutes pour la resistance, dans le plus grand secret. Ce sera leur couverture, cette salle s appellera la Salle GEO GRAS.
Pour rester dans le secret le plus absolu, les fondateurs appliquent un systeme novateur, il n y aura pas d organigramme. C est des petits groupes de "resistants" qui ne se connaitront jamais les uns les autres et toujours en communication par un nombre tres limite de 5 personnes, les "chefs" ne seront jamais connus par la base jusqu au soir du samedi 7 au dimanche 8 novembre 1942.
Ils etaient denombres a 800 personnes (juives et non-juives) dans la ville d Alger, plus de mille dans la region d Oran, 48 heures avant l heure H..
Les armes promises par les Americains a la reunion de Cherchell n arriveront jamais.
C est presque sans armes, ou avec de vieux fusils datant de la 1ere guerre mondiale, qu ils attaqueront pour Alger seulement, la Totalite de tous les batiments administratifs, Civiles et Militaires au risque et peril de leur propre vie. Ils feront prisonniers les plus Hautes Autorites militaires dont l Amiral DARLAN, le General JUIN, le General KOELTZ, la residence du Gouverneur General de l Algerie ainsi que le Prefet Emmanuel TEMPLE dans sa prefecture et d autres officiers et officiers genereaux. Plusieures leaders des mouvements petainistes anti-juifs seront arretes a leur domicile et conduits au Commissariat Central ou ils seront retenus prisonniers pendant de nombreuses heures.
A Oran, la resistance armee n aura pas lieu a cause d une maladresse d un des principaux chefs du secteur, les combats seront meurtriers et dureront 3 jours.
A Alger, a 1 heure du matin, tous les commandos passent a l attaque dans plus de 15 lieux differents dans toute la ville et aux environs, dans les casernes a l est et a l ouest de la Capitale.. Sur les 377 personnes qui se sont presentes, on denombre 312 juifs qui arrivent en grande majorite de la Salle Geo Gras. Ils ont ete regroupes dans les appartements de monsieur et madame Emile ATLAN qui leur ont remis toutes les armes qu ils avaient cache depuis deux longues annees dans leur appartement ou aux etages superieurs de leur maison ainsi que dans la salle Geo Gras. Au dessus de chez eux, au 4 eme etage, c est la famille Raphael et Stephane ABOULKER, cousins germains de Jose ABOULKER, qui seront les chefs de cette section majoritaire en nombre et complementaire aux autres petits groupes ou gropuscules de partisans gaullistes composes de non-juifs et egalement de juifs c est le groupe d Henri d Astier de La Vigerie. Les "rebelles" seront encadres sur le plan militaire par un peu plus d une dizaine d officiers ou officiers generaux du service actif. Le PC de l ensemble de la "resistance" est localise au 26 rue Michelet, c est l appartement de Jose ABOULKER
A la conference de CHERCHELL, il avait ete convenu que les jeunes "resistants" seraient releves au bout d un peu plus de deux heures par des commandos Allies debarques au village de la Pointe Pescade tout proche, a 5 ou 6 kilometres de la ville. Les Allies investiront par les hauteurs en prenant Alger en tenailles seulement 15 heures plus tard.
C est le Commandant DORANGE qui reussira a liberer toutes les places neutralisees par les "insurges". Il y aura deux morts du cote des "resistants", une vingtaine du cote des allies sur le port d Alger, plus de 60 morts des troupes Alliees au debarquement sur l ouest, du cote de Sidi Ferruch des suites du mauvais aiguillage des chaloupes de debarquement.
Les petainistes feront 50 prisonniers parmi les "insurges" qui seront gardes 5 jours et menaces par 3 fois d etre executer pour "terrorisme gaulliste" . C est seulement a leur liberation qu ils apprendront que le debarquement des Allies avaient reussi.
Franklin ROOSEVELT avait mise avec le Consul General Robert MURPHY sur le ralliement de l ensemble de l Armee d Afrique autour de l arrivee du General GIRAUD, et c est avec l Amiral DARLAN que le General CLARK negocie la reddition de la France de Vichy pour Alger seulement. Ce sera de meme pour ORAN et le MAROC trois jours plus tard.
Dans le temoignage de monsieur Jacques ZERMATI dans le tele-film de madame Christine LEVISSE-TOUZE, celui ci declare :" Au soir du 8 novembre, rien n avait change.. tous les hauts responsables que nous avions arretes le matin meme, tous les fonctionnaires que nous avions neutralises retrouvaient TOUS leur poste."
On pouvait declarer que..." Apres VICHY, c etait toujours VICHY...!!!!"
Il est ecrit dans le livre de monsieur Henri MSELATTI a la page 187..."... Les "resistants" juifs sont dans l ombre. Voici ce que declare Lucien ADES.."Nous rasons les murs. Nous preferons attendre le crepuscule pour quitter nos lieux de retraite. C est maintenant que commence pour nous la clandesdinite. Aucun ne peut comprendre l attitude des Americains. Jamais Alger n a ete si insolemment aux mains de Vichy.."
Mario FAIVRE manifeste egalement sa deception : "Andre ACHIARY me dit son extreme souci de voir combien les evenements se deroulent a l oppose de nos espoirs. Nous, les Resistants, une fois notre action achevee et malgre son extraordinaire SUCCES, sans appui, sans moyens ; nous devons faire face a une armee qui, dans sa quasi-totalite, jugerait normal que nous soyons TOUS FUSILLES.."
Et enfin, le President de l Association de la LIBERATION de la FRANCE du 8 novembre 1942, monsieur Bernard PAUPHILET toujours survivant (96 ans) m ecrit dans un couriel qu il m adresse :" ...La grande majorite de mes compagnons etaient juifs et la France Libre en etait absente bien que nous etions TOUS GAULLISTES...En consequence, l Histoire officielle en FRANCE donne plus de place a la prise de l insignifiante oasis de KOUFRA par LECLERC qu a la prise d ALGER (future capitale de la FRANCE et siege du Gouvernement) par pres de 400 "resistants" juifs pour la plupart...." Vous etes les seuls a vous interesser a ces evenements, je compte sur votre impartialite..."
Note personnelle: Depuis la creation de l Association de la Liberation Francaise du 8 novembre 1942, les participants de cette action heroique (sauf quelques exceptions pour faits de resistance sur le territoire metropolitain) dont le premier President etait le Lt Colonel JOUSSE, n ont jamais obtenu l agrement du Conseil National de la Resistance ( CNV) malgre les nombreuses interventions administratives repetees par les differents societaires de l Association et notament et par le general JOUSSE, et par monsieur Raphael ABOULKER et par monsieur Raoul COHEN-ADAD, secretaire general de l Association et cela jusqu en 1962 et bien au dela pour certains noms nommes dans les archives de l Association.
Pour les Hautes Instances de la Resistance, cette fameuse journee du 8 novembre n est pas consideree comme un Haut Fait de Resistance..???
Le 8 novembre 2012,nous avons commemore avec MORIEL en Israel et MORIAL en France, dans un Devoir de Memoire, le 70 eme anniversaire du 8 novembre 1942. Cette annee, nous reconduisons cette commemoration afin que tous ces "resistants", Juifs et Non-Juifs ne soient plus les OUBLIES DU 8 NOVEMBRE 1942 et que TOUS leurs noms soient benis a jamais. Amen

Liste exhaustive de tous les noms des resistants qui ont participe dans la nuit du 7 au 8 novembre 1942 a Alger dans l Operation TORCH.

ACHOUCHE Simon, ADDA Charles, ASFES Lazare, ALBOU Marcel, ALBOU Roger, AMRAM Vitalis, ATLAN Maurice, ATLAN Emile, AYACHE Alfred, AYACHE Sylvain, AZOULAY David, AZOULAY Paul, ABTOUCHE, ABECASSIS Raymond, ARFI Ernest, ASSERAT/AUBRY, ASSUS Andre, ADLER Raymond, AMIOT Bernard, AICH Fernand, ALEXANDRE Armand, ALEXANDRE Pierre, AYACHE Albert, ABRAMI Henri, ANKAOUA Robert, AYOUN Maurice, AYOUN Jacques, ABOULKER Raphalel, ABOULKER Stephane, ABOULKER Henri, ABOULKER Jose, ABOULKER Colette, ATLANI Henri, AYOUN Felix, ADLER Raymond, ADES Lucien, ANANOU Gilbert,

BOUCHARA Elie, BOUCHARA Fernand, BOUCHARA Joseph, BOUCHARA Charles, BARDISSIER Roger, BELHASSEN Maurice, BENAIM Rene, BENHAMOU Benjamin, BENSIMON Lucien, BOILLAT Joseph, BOUMENDIL Charles, BENSAID Jean, BACRI Roger, BECACHE, BITOUN Geaorges, BARRUCAND Pierre, BELLON Batiste, BEAUD Philippe, BRISSON Pierre, BRUNEL Jacques, BORECH Jean, BARCHEZYNA Zelik, BEDJAI Gilbert, BELADINA Paul, BELLALOUM Gilbert, BOKANOVSKY Olivier, BELTZ Marcus, BUFFORT, BENAROUS Rene, BLUM Rene, BENDAVID Sam, BENHAMOU Edmond, BENHAMOU Georges, BENICHOU Armand, BERRIBI Fernand, BOUANA Elie, BURES Claude, BENHAYO Jacques, BAKRY Andre,

CHEMOULY Charles, CHOLAL Andre, CIOSI Jean, COHEN Eliezer, COHEN Sauveur, CARRION Rene, CASSIS Marcel, CHEMLA Prosper, COHEN-ADAD Raoul, COHEN Andre, CHESNAY, CHEMINEAU, CRAVER, CHERQUI Alphonse, CVILINSKY , CHICHE Lucien, CHICHE Jose, CALVET Guy, CALVET Elie(les freres COHEN)

DARMON Adolphe, DIELON Nicolas, DAHAN Philippe, DERRIDA Fernand, DJIAN Emile, DJIAN Paul, DESMOULIN Roger, DURAND Norbert, DREYFUS Jean, DECHEZELLE, Mme D ASTIER de La VIGERIE, D ASTIER de La VIGERIE Henri,

EL GUERALBI, ELBAZE Sauveur, EPSTEIN louis, ESPINAY, ESQUERRE,

FANFANI Hugues, FREDJ, FABIANI Joseph, FITOUSSI Alfred, FARAGGI Andre, FRIANT Rene, FAIVRE Mario,

GABAY Andre, GAMZON Robert, GOZLAN Jean, GOZLAN Julien, GHENASSIA Albert, GUEZ Marcel, GUERIDI, GOURLAN, GUERMEUR, GARIDACCI,

HABIBOU Marcel +(2freres), HAGAY Maxime, HAYOUN Felix, HOBORBOU MARCEL, HOCHE Paul,

JAVELLOT Charles, JAIS Fernand, JAIS Roger,

KAMOUN Lucien, KARSENTY Joseph, KHOLER Marius, KAMOUN Andre, KARSENTY Bernard, KAROUBI Emile,

L HOSTIS Suzanne, LAIK Edmond, LUCAS Jean Louis, LEVY Andre, LEVY Paul, LIEBINE Germain, LOUFRANI Lucien, LE MEUR,

MILLET Henri, MORALI-DANINOS Andre, MOULIS Henri, MESGUICH Jacques, MESGUICH William, MESGUICH Henri, MEDIONI Georges, MAGOT Marcel, MARCHETTO Paul, MATTEI Batiste, MORALI Roger, MORGIANO Simon, MARNAT, MUCCHIELLI (Aspt)

NEBLE Georges, NIEL Roger, NEBOT Rene, NEVEUX Paul, NEDJAR Paul,

OUALID Paul, OUALID Saadia, OUDINAT Ferhat, OSSOSINO Louis, OUHAOUN ,

PITSCH Georges, PILAFORT Alfred, PAPERO Henri, PENEL Berthe, PAULI Pierre, PAULIN Charles, PEROPADRE Jean M., PETAUTON Pierre, PLAS Rene, PAUPHILET Bernard, PIRIOU,

QUIBECH Joseph,

ROBERTY Jean Louis, ROSEM Jean, RAGER Jean Pierre, RAYMOND Albert, REBBOUH Roland, RECASSA Robert, RAYMOND Robert, RUFF Paul, ROSENCHER Henri, ROSFELDER Roger,

SCHEFFER Rene, SELLAM Gabriel, SEBAOUN Paul, SIROT Gerard, SAIAG Lucien, SIARI Albert, SELLAM Alfonse, SELLAM Joseph, SERFATI Fernand, SERFATI Joseph, SMEDJA Robert, SMEDJA Albert, STROCK Joseph, SULTAN Claude, SUSSAN Georges, SEROR Roland, SERRA Marie rose, SITT Marcel, St BLANCAT/ROQUEFORT, SONIGO Georges, SONIGO Isidore, SMADJA Arsene, SIKSIK Leon, SONEGON Marcel, SABATIER Gilbert,

TEMIME Elie, THEBOUD Henri, THOMAS Jean, TOUITOU Gaston, TIMSIT Gilbert, TRUCHET Andre, TEMIME Roland, THOMAS Maxence, TIBIKA Victor, TIMSIT Martial, TOSTAIN Paul, TORDJMAN Armand, TRUCHET Andre, TUBIANA Gil, THILL Jean, TABET Michel, TEDRI Leon, TEDRI Maurice, TAOUSS Jacques, TAOUSS Maurice, TILLY,

URBANI Marcel,

VOELIN Georges, WTTELSON Claude,

ZEMMOUR Ernest, ZERMATI Jacques, ZERRAFFA Jean Claude, ZITOUN Jacques,

Il se peut qu il y ait certaines fautes d orthographes sur les noms propres, la plus grande partie des noms a été recuperee sur la liste de Michel ANSKY. J ai rajoute quelques noms, notes sur toutes mes lectures sur differents sites traitant des recits sur l Operation TORCH.

S il y avait des noms a rajouter eventuellement, pourquoi pas.. ????????

J ai préféré rédiger la liste des militaires ayant participe activement et en activite au moment du coup du 8 novembre ainsi que celle de certains civils sur la liste suivante.

General Charles MAST, General de MONSABERT, Lieutenant-Colonel JOUSSE, Colonel CHRETIEN, Commandant L HOSTIE, Commandant DARTOIS, Colonel BARIL, Capitaine BARJOT, Capitaine ZURCHER
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter





ZLABIA

Copyright 2000-2020 - ZLABIA.COM