Zlabia.com Le Rendez-vous des Juifs d'Algerie





Un souvenir parmi tant d’autres.

Envoyé par lamak 
Un souvenir parmi tant d’autres.
26 juillet 2007, 17:22
Bnsoir.

Dans le temps, on s'attablait sur une terrasse de café et on attendait que le garçon daigne prendre la commande. Il lançait le «ouach techrob» tout en essuyant la table à l'aide d'un chiffon dégueulasse, avant de vider le contenu du cendrier au pied de la table. Qui se souvient de ces années, où on avait le choix entre une limonade rouge, safra, ou pomme, noire comme la serviette du garçon ?

On préférait la blanche parce qu'on pouvait voir ce qu'il y avait à l'intérieur. En ces temps, nous avions le plus grand complexe sportif.

Des sportifs sans complexes et un parti unique en son genre.

C'était lui qui décidait qui pouvait travailler dans une entreprise. Celui qui pouvait enseigner. Celui qui pouvait espérer une maison. Celui qui était patriote. L'autre qui pouvait postuler à un poste de responsabilité. Qui était Algérien et qui ne l'était pas.

Vous souvenez-vous des chaînes pour une douzaine d'oeufs et le statut d'un agent des Galeries algériennes ? Il faisait la pluie et le beau temps dans cette unique grande surface. Il était le plus respecté, le plus courtisé dans l'immeuble. C'était lui le fournisseur en temps de pénurie. Ah la pénurie... le bon vieux temps de la pénurie. Ni zebda, ni tomatiche, ni louz, ni Omo et téro si vous n'êtes pas contents.

Tout se distribuait sous le manteau, zitna fi bitna. Il te fallait avoir des connaissances partout. Un rien nécessitait l'intervention d'un moins que rien qui se prenait pour le nombril du monde.

Ah le bon vieux temps... où un militaire ou un policier mettait sa tenue de sortie pour griller la chaîne et passer se faire servir le premier... le bon vieux temps où personne ne branchait.

El youm, c'est trop simple. Tu rassembles quelques chats, tu fais un parti. Si tu n'es pas autorisé à le faire, tu cries au scandale. La répression. Manque de démocratie. On se retrouve même avec des partis qui tiennent leur assemblée générale sur un seddari(banc).

Vive la démocratiya, les sit-in, les marches, les grèves, les émeutes, la casse.

Nous sommes une société qui bouge. Pour un rien on bouge.

Sauf pour travailler.

lamak.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter





ZLABIA

Copyright 2000-2019 - ZLABIA.COM